physiotherapy-3082367_1920.jpg

THÉRAPIE PAR ONDES DE CHOC

La thérapie par ondes de choc radiales est une méthode efficace et peu risquée pour traiter le tennis elbow, l'épaule calcifiée, les troubles de la cicatrisation, l'épine calcanéenne et de nombreux autres diagnostics.

La thérapie par ondes de choc radiales consiste à générer mécaniquement des ondes sonores riches en énergie et audibles à l'extérieur du corps et à les appliquer sur la peau à l'aide d'un applicateur. Les ondes de choc sont des ondes mécaniques et acoustiques courtes et riches en énergie qui peuvent traverser l'eau ou les tissus contenant de l'eau sans atténuation, tout en pénétrant au maximum de trois centimètres dans les tissus et en s'y propageant de manière radiale. Il en résulte des lésions microscopiques des tissus qui stimulent le métabolisme et la circulation sanguine. Des substances anti-inflammatoires et cicatrisantes s'écoulent vers l'extérieur à travers les pores dilatés et amorcent le processus de guérison.
Le traitement est court et peu risqué. Le dosage est adapté à la tolérance à la douleur des patients et ne nécessite pas d'anesthésie. Dans la plupart des cas, une amélioration significative est constatée après seulement 2 à 3 séances. En moyenne, 4 à 7 séances d'ondes de choc sont effectuées.

 

Avantages de la thérapie par ondes de choc:
- alternative réaliste à la chirurgie ou aux médicaments
- traite la cause et non les symptômes
- taux de réussite de 80 %.
- 6 à 8 traitements nécessaires en moyenne
- courte durée de traitement par rendez-vous (8 à 10 minutes)
- peu d'effets secondaires ; seul un léger risque de rougeur ou d'enflure est à craindre
- soulagement de la douleur et régénération souvent après quelques jours seulement
- forme de thérapie fiable et scientifiquement prouvée pour de nombreux troubles

La thérapie par ondes de choc radiales est considérée comme une méthode récente, mais de nombreuses études cliniques sont déjà disponibles. Elles démontrent toutes un taux de réussite élevé (60 à 85 pour cent) et l'absence d'effets secondaires cliniquement significatifs.